tape-top-left tape-top-right

L'histoire du chocolat

Les origines du chocolat

nouveau contenu

Les Mayas du Mexique sont les premiers à cultiver le cacao. Le cacaoyer, arbre de légende sacré, est alors trés précieux : les fèves de cacao servent à la fois de monnaie d'échange  contre de la nourriture et d'ingrédient pour une boisson revitalisante et nutritive: le Xocoatl. C'est bien là l'origine du chocolat mais cette boisson n'a pas vraiment le gôut de ce que nous connaissons aujourd'hui. Elle est amère et préparée avec fèves broyées et bouillies, du poivre, des piments et autres épices. Grâce aux Toltèques, puis aux Aztèques, la culture du cacaoyer devient courante en Amérique Centrale.

Quetzalcoalt: le serpent à plumes

L'histoire du chocolat
      
nouveau contenu

Quetzalcoatl, roi-prêtre régnait dans l'antique cité toltèque de Tollan. Il était vénéré comme un Dieu car il avait offert le cacaoyer aux hommes et leur avait appris à le cultiver. Mais il était orgueilleux et se croyait immortel. Si bien qu'un jour un sorcier lui a fait boire un philtre qui l'a rendu fou. Le souverain s'est alors enfuit vers le rivage pour s'embarquer sur un radeau, fait de serpents entrelacés, en prédisant son retour l'année du roseau.

Dans le calendrier aztèque, 1519 était une année placée sous le signe du roseau et Moctezuma, roi des Aztèques, attendait avec impatience le retour de Quetzalcoalt.

Et voilà que débarque Hernan Cortès et ses hommes étincelants dans leurs armures semblables à des écailles de serpent, coiffés de plumes… Dans l'esprit de Moctezuma, il n'y avait aucun doute : c'était  Quetzalcoatl « le serpent à plumes » ! Il l'a accueilli et lui a remit son royaume. 

Ils lui ont offert le fameux Xocoatl : cette épaisse bouillie de fèves de cacao, de piment, de gingembre et de miel. Pas vraiment à son goût quelqu'un eut la bonne idée de remplacer le piment par la vanille et d'y ajouter du sucre et du lait pour neutraliser l'amertume. C'est ainsi que Cortès, repart vers Nouvelle Espagne, avec un trésor: des plants de cacaoyer.

Notons que Christophe Colomb, est très certainement le premier européen à goûter à la "boisson des dieux" lorsqu'il débarque sur l'île de Guanaja en 1502.

L'histoire du chocolat

Le chocolat se répand petit à petit

Dès 1521, le chocolat se répand dans toute l'Amérique espagnole, de Cuba au Venezuela. Arrivé en Espagne en 1527, le chocolat n'intéresse d'abord que les couvents et les monastères car le Vatican l'autorise pour les périodes de jeûne. Mais très vite, ses qualités alimentaires sont reconnues : les recettes vont s'affiner et le chocolat va se présenter sous différentes formes.

Le cacao est introduit ensuite en Italie par le Duc de Savoie, en 1559. À Turin, les chocolatiers deviennent des experts et arrivent à produire près de 350 kg de chocolat par jour. Ce chocolat est ensuite exporté dans toute l'Europe.

1615 : Anne d'Autriche introduit le chocolat en France. Anne d'Autriche arrive à la Cour avec une cohorte de servantes qui savent parfaitement préparer le chocolat; de quoi séduire de nombreux adeptes, d'autant qu'ils voient en lui une excentricité rare, réservée à quelques uns.

Ce n'est cependant qu'après la mort de Louis XIII, en 1643, que la Reine devenue Régente impose son goût pour le chocolat. Le Cardinal de Mazarin, emploie lui même un chocolatier personnel recruté en Italie. A Versailles, le chocolat devient la grande mode: on en sert tous les lundis, mercredis et jeudis dans les salons de la Cour.

nouveau contenu
  
L'histoire du chocolat

Louis XIV permet au sieur David Chaillou d'ouvrir sa première boutique à Paris, où il pourra vendre une composition nommée « chocolat ».

Et puis, le chocolat gagne toute l'Europe. En 1847, en Angleterre, la première tablette de chocolat apparaît dans une chocolaterie de Londres.

Le chocolat reste longtemps une boisson réservée aux nobles et sa fabrication reste artisanale. Les grandes chocolateries naissent au 19ème siècle (1800-1899), grâce aux progrès techniques.

Le chocolat se démocratise: En France et en Europe, le chocolat est à la mode et déchaîne les plus vives passions. On le pare tantôt de toutes les vertus, tantôt de tous les maux. La Marquise de Sévigné lui accorde d'abord des valeurs nutritives, digestives et dynamisantes, puis le critique violemment . Mais le succès du chocolat est surtout dû à ses prétendus pouvoirs aphrodisiaques...La rumeur prétend que l'on peut en mourir de plaisir!

nouveau contenu
Si tu veux en savoir plus nous te conseillons: « HISTOIRE DU CHOCOLAT » Nikita Harwitch, Professeur des Universités. Membre de l'Académie Française du Chocolat et de la Confiserie.

Vos commentaires

2 vote(s) - Note moyenne 5/5

5/5

jeudi 23 Mars 2017 à 11h16

i love this storie i just love it please send back please please

5/5

mardi 19 Aout 2014 à 20h21

tres itérésant

Voir les autres commentaires

Noter cette page

TEMPS DE GENERATION DE LA PAGE : 211ms
Fichier généré le 09/12/2017 à 06:45:49